Une soirée hommage fort réussie

10 septembre 2017

Mickaël Gouin et Léane Labrèche-Dor ont gagné leur pari samedi soir à la Maison des arts Desjardins Drummondville.
Les deux artistes ont présenté un spectacle drôle, festif et éclaté en respectant la trame des 50 dernières et prochaines années de la Maison des arts, et ce, devant une salle comble.
La soirée portait bien son nom avec Champagne, pogos et tuxedo : bulles et saucisses en pâte sur bâton à profusion, spectateurs habillés sur leur 31 et glamour et plaisir au rendez-vous.

À se fier à la réaction des invités dans la salle, le spectacle a été divertissant du début jusqu'à la fin. Parmi les moments forts, notons d'abord la performance de la Drummondvilloise Brigitte Boisjoli accompagnée à la guitare et à la voix de son complice de tous les jours, Jean-Philippe Audet. L'énergique et talentueuse chanteuse avait reçu le mandat de réaliser un medley de quelques chansons d'artistes ayant foulé les planches de la Maison des arts ces 50 dernières années.
«Vous savez que je suis intense dans la vie. Au fur et à mesure que je découvrais les artistes, je trouvais une chanson que j'adorais. Je me retrouve donc aujourd'hui avec un medley de 25 chansons!» a-t-elle lancé en riant.

De Tu me tueras (Dan Bigras), Pleurs dans la pluie (Mario Pelchat) et Au nom de la raison (Laurence Jalbert) à Si Dieu existe (Claude Dubois), et Oxygène (Diane Dufresne), en passant par Je veux tout (Ariane Moffatt) ainsi que Le temps des cathédrales (Bruno Pelletier), ce segment d'une vingtaine de minutes en a fait frissonner et bouger plus d'un.
S'il y a bien quelqu'un qui a marqué les 50 ans de la Maison des arts, c'est le grand comique Gilles Latulippe. Celui-ci a fait rire le public drummondvillois pendant plus de 20 ans avec son théâtre d'été en plus d'influencer toute une génération de jeunes comédiens. En guise d'hommage, Bernard Fortin, Pier-Luc Funk et Léane Labrèche-Dor ont joué une scène de la première et dernière pièce qu'il a présentée à Drummondville : Salut cocu!. Un moment hautement cocasse.

Les deux numéros de Julien Lacroix n'auront pas passé inaperçus aussi. Jeune humoriste à la fois naïf et charmant, son humour grinçant, noir et satirique n'a laissé personne indifférent. Parions qu'on n'a pas fini d'entendre parler de lui.
Enfin, deux capsules vidéos, soit Mackinaw naw land et Les chefs, dans laquelle le populaire Marc Labrèche personnifiait les trois juges tentant de commenter les recettes secrètes des 50 ans de la Maison des arts, ont donné lieu à deux autres moments marquants de cette soirée fort spéciale.
L'humoriste drummondvillois Marko Métivier, les comédiennes Ève Landry et Debbie Lynch-White, le très apprécié humoriste Jérémy Demay, Mackinaw et La famille Ouellette, qui agissait à titre de house band, figuraient également parmi l'excellente brochette d'artistes.

Bref, Champagne, pogos et tuxedo est non seulement venu conclure de belle façon les 50 ans de la Maison des arts Desjardins, mais annonce aussi une nouvelle ère prometteuse.

Un après-midi familial
Les enfants ont également eu leurs heures de plaisir dans l'après-midi. Confection d’instruments de musique pour le grand tintamarre déambulatoire, parcours de Jardin de pirouette et cabriole, fresque urbaine, spectacle du clown Jimmy Stratosphère, maquillage et théâtre de rue par Espace Forain ont rendu bien des tout-petits, et aussi leurs parents, heureux. Sans oublier que les élèves de l'Académie de ballet de Drummondville, l’École de théâtre Languedor et l’École de musique À la Portée des sons ont assuré une animation continue. 

Source : L'Express