Trois autres phases sont à prévoir

16 février 2016

Le projet de la Société acadienne Port-Royal (SAPR) comprend quatre phases de développement. La première étape, qui rallie conception, réalisation et installation, est actuellement en cours.

Cette première phase est évaluée à plus de 240 000$, dont la majeure partie (200 000$) provient de la Ville de Bécancour. La SAPR a également obtenu une aide financière totale de 10 000$ (enveloppes locale et territoriale) du Pacte rural de la MRC de Bécancour.

Ainsi, si on estime à 200 000$ chacune des phases, cela signifie que la valeur totale du projet tournerait autour de 800 000$. Évidemment, la SAPR espère que la Ville de Bécancour contribue à la même hauteur pour chacune des trois phases suivantes. Au moment d'écrire ces lignes, la municipalité avait déjà prévu une somme de 200 000$ dans son budget de 2016, qui sera octroyée à la phase 2 du projet. Cela dit, l'organisme recherche aussi d'autres subventions pour des projets spéciaux liés aux infrastructures.

La phase 2 consistera principalement à compléter l’aménagement du rez-de-chaussée du couvent, visant notamment à favoriser un espace d’accueil plus convivial et aéré pour les visiteurs, rendre les infrastructures d’accueil plus fonctionnelles pour les guides, mieux arrimer la zone d’accueil et l’exposition principale, aménager les lieux de façon à permettre la tenue d’expositions temporaires thématiques, ainsi qu'à améliorer la signalisation et l’expérience des visiteurs.

L'objectif premier de la phase 3 sera d'accroître la visibilité et favoriser l’utilisation des zones extérieures adjacentes par les résidents et les visiteurs, particulièrement pendant la période estivale. Création d’un petit amphithéâtre avec scène amovible autour du moulin, éclairage extérieur du vieux moulin et ajout de bancs de parc et de tables pique-nique figurent entre autres dans les plans.

Enfin, réalisable à plus long terme, la phase 4 sera l'occasion de renouveler les deux autres expositions de la SAPR, soit celle sur la charpenterie navale, située dans l'ancienne école, et celle de la Congrégation des Soeurs de l'Assomption de la Sainte Vierge (SASV), au rez-de-chaussée du couvent. Un circuit Balado Découverte pourrait également être développé.

«Ce projet d'envergure nous permettra de mieux mettre en valeur le périmètre historique de Saint-Grégoire, souligne Élizabeth Coutu, directrice générale de la SAPR. En fait, on cherche vraiment à créer un lien entre les quatre sites historiques: l'ancienne école, le couvent, le vieux moulin et l'église. On travaille pour qu'il y ait une cohérence entre chaque espace.»

Par ailleurs, les bureaux de la SAPR seront réaménagés au rez-de-chaussée de l'ancien couvent, afin que toutes les installations concernant l'organisme soient au même niveau. On prévoit également aménager un centre de documentation sur le fait acadien.

Rappelons que l'actuel plan de développement de la Société s'échelonne de 2015 à 2020.

Le vent dans les voiles

Élizabeth Coutu affirme que la SAPR vit une relance ces derniers temps. «Il y a un vent qui pousse vers l'avant et on voit loin, assure-t-elle. Nous voulons rayonner régionalement, bien sûr, mais aussi au niveau national.»

En plus de l'organisation des Retrouvailles acadiennes, la Société entend organiser des événements à l'année et non seulement en période estivale.

D'ailleurs, la SAPR déposera sa candidature afin de recevoir la troisième édition du Ralliement acadien du Québec, en 2020.

Source : Le Courrier Sud