Mouvements Essarts, toujours en croissance

25 novembre 2015

Mouvement Essarts, situé à Saint-Pie-de-Guire, présente encore cette année un bilan très positif de sa saison 2015 qui a permis d’attirer plus de visiteurs avec l’ouverture de nouveaux sentiers et des espaces d’accueil améliorés.

L’événement «Rencontre été 2015», qui présentait cette année deux artistes québécois, a contribué au succès. Plus d’une centaine de visiteurs en provenance des régions de Montréal et Québec et plus particulièrement du Centre-du-Québec ont assisté au vernissage tenu le 23 août dernier.

«C'est difficile de chiffrer le nombre exact de visiteurs, car nous n'avons pas de compteur, mais chose certaine, nous avons eu plus d'appels téléphoniques et l'achalandage a été régulier cet été. On sent aussi que Tourisme Drummond a été d'une grande aide. Généralement, ça tourne autour de 1000 visiteurs et nous croyons que pour cette saison, entre 1200 et 1500 personnes sont venues nous voir», explique Pierre Tessier, directeur artistique de Mouvement Essarts.

D'autre part, au terme d’un processus de création de plus de dix jours, Essarts a pu installer deux nouvelles œuvres : Nous étions toutes autour de la table de Louise Lemieux Bérubé et Phoenix risingd’Indra Singh.

Mme Lemieux Bérubé, artiste renommée pour ses réalisations textiles inventives et originales, est bien connue sur le plan national et international. En effet, ses œuvres ont été exposées dans plus de dix pays sur tous les continents. L’œuvre créée à Essarts était cependant une première pour elle puisqu’elle intégrait une installation réalisée en métal et un vaste éventail et échantillonnage de ses «œuvres textiles» réalisées tout au long de sa carrière.

Surender Kumar Singh (alias Indra), artiste vivant à Notre-Dame-de-Ham dans les Bois-Francs, a quant à lui réalisé un grand phoenix, oiseau mythique et fabuleux niché maintenant au cœur du parc de sculptures. Plusieurs gens de la région de Drummondville ont sans doute déjà remarqué quelques-unes de ses œuvres, notamment dans le Parc Marie-Victorin de Kingsey Falls où il a installé une collection d’insectes géants créés à partir de métal recyclé.

Par ailleurs, dans son volet «Espace Québécois», Mouvement Essarts a exposéFulgurance, une œuvre monumentale de l’artiste André Fournelle. Grâce à une collaboration spéciale, trois autres œuvres du même artiste ont été exposées dans autant de lieux muséologiques du territoire, et ce, pour en favoriser le rayonnement et la diffusion. Cette initiative a été mise de l’avant l’année dernière, et devant l’enthousiasme des partenaires, soit la Maison des arts Desjardins Drummondville, le Musée des Abénakis d’Odanak et le Musée des religions du monde de Nicolet, celle-ci a été reconduite encore cette année.

Agrandissement

Le développement continu de Mouvement Essarts est tel qu’il se traduit actuellement par un agrandissement progressif de ses espaces avec l’ajout de sentiers. «Nous sommes maintenant rendus dans la partie boisée du terrain. Nous allons ajouter environ 0,5 kilomètre de sentier. Après cet agrandissement, les gens pourront se promener à travers 2 kilomètres de sentier», précise M. Tessier.

Le parc, d'une superficie de 9 hectares, abrite maintenant 49 sculptures de 37 artistes venant de 16 pays différents. La nouvelle section permettra d'accueillir une dizaine d'œuvres d'ici les trois prochaines années.

Le parc de sculptures a comme objectif d’offrir aux visiteurs un corpus d’œuvres qui témoignent de la diversité des propositions spatiales contemporaines et de faire découvrir annuellement les œuvres d’un artiste québécois.
Source : L'Express