« Les sauvages » de Charline P. William

Arts visuels

AXART

au

Du jeudi 3 janvier au dimanche 3 février, AXART accueille l’artiste invitée Charline P. William, bachelière en arts visuels et médiatiques et étudiante à la maîtrise en arts visuels à l’UQAM. L’artiste présente sa série Les sauvages, produite alors qu’elle vivait dans un appartement d’une pièce et demie à Montréal, avec le strict minimum pour vivre. Ce contexte particulier l’a amené à se questionner sur la place qu’occupent les objets banaux dans nos vies et à transposer le pouvoir symbolique de ce quotidien sur ses toiles. Le vernissage de cette exposition se tiendra le jeudi 10 janvier de 17h à 19h.

Venant d’emménager dans un appartement d’une pièce et demie à Montréal, l’artiste Charline P. William a été saisie par la difficulté de vivre avec le strict minimum. Elle ne possédait pas de grille-pain, cela lui semblant futile. Mais ce manque s’est pourtant avéré rapidement contraignant : « Comment vivre sans toasts aux beurre de pinottes le matin? Je n’avais jamais été sensible au caractère surréaliste de cet appareil : un grille-pain. Avec son unique et banale fonction, il était finalement indispensable à ma vie. Son potentiel symbolique dans la peinture en tant que représentant de la culture nord-américaine m’est alors apparu évident. Il s’est immiscé dans mes tableaux comme un animal sauvage, qui, détourné de ses fonctions premières, s’était affranchi de la banalité du quotidien pour aller vivre dans une forêt magique. »

La libération du grille-pain s’exprime dans Les sauvages par une trame narrative surréaliste entre les toiles, qui incluent des éléments du déjeuner classique nord-américain : les œufs ont fait leur nid dans les nuages, puis sont tombés du ciel et ont été cuits dans un poêlon pourvu de pattes; ils marchent maintenant en file et grimpent même aux arbres. Les tartinades du matin : confitures, Map-O-Spread, beurre d’arachides se sont échappées du rectangle de la peinture et vivent en trois dimensions dans l’espace de la galerie. Des plantes en pot sont intégrées à l’exposition, parcelles de nature sauvage domestiquée, aujourd’hui indispensables à nos habitations.

Charline P. William vit et travaille à Montréal. Elle termine actuellement sa maîtrise en arts visuels à l’Université du Québec à Montréal. Largement inspirée du surréalisme et du cinéma expressionniste allemand, sa pratique picturale est basée sur la collecte journalière d’éléments poétiques en lien avec la psyché et propose une réflexion sur la symbolique des éléments langagiers en peinture et leur relation avec le sociologique. Son travail a été exposé principalement à Montréal ainsi qu’en Montérégie. L’artiste a aussi effectué des séjours prolongés à l’étranger : en 2016, elle a participé à la Art Shack Residency proposée par la Dunlop Art Gallery à Regina en Saskatchewan, et elle a présenté son travail en 2017 lors du Coloquio de Estudiantes del Posgrado en Artes y Diseño à la Universidad Nacional Autónoma de México.

Présenté par : AXART

Coût : Gratuit

Lieu :
AXART
219 rue Hériot
Drummondville

Contact :
Mélina Verrier
mverrier@axart.ca
819 477-0278