Culture Centre-du-Québec propose une nouvelle formule pour la formation continue

9 septembre 2015

Le service de formation continue de Culture Centre-du-Québec n'a pas échappé à la réorganisation de l'organisme, entamée depuis quelque temps. C'est que ce service connaît des difficultés depuis plusieurs mois déjà.

En effet, depuis l’année 2012-2013, il y a plus de formations qui ont été annulées à la suite d’un manque de participants que de formations qui se sont offertes. «C’est la première fois qu’un tel phénomène se produit dans l’histoire du service de formation continue de Culture Centre-du-Québec, soit depuis l’année 2005-2006», dévoile Andréanne Blais, directrice de l'organisme culturel centricois.

Selon elle, plusieurs facteurs expliquent cette diminution de la participation aux formations. «D’abord, les sujets des formations ont été peu renouvelés à travers les années. Je pense également que les anciennes méthodes ne sont pas adaptées à la réalité de tous les gens du milieu. Ensuite, il faut dire que le financement accordé par Emploi-Québec est passé de 75% à 60% en 2011-2012, puis à 50% en 2012-2013, ce qui a inévitablement haussé le coût d’inscription pour les participants.»

C'est ainsi qu'un travail de réflexion a été entrepris afin de renouveler le service de formation continue. «Un diagnostic interne a été réalisé et on s'est mis à la recherche de solutions. On a tout remis sur la table parce qu'on tente de trouver une façon que le service soit réellement adapté aux besoins et à la réalité de nos membres», explique Mme Blais.

Elle indique que le diagnostic a émis un certain nombre de recommandations touchant la gestion du service de formation continue, les formules de formation offertes, la diffusion de l’offre et les opportunités de partenariat.

«Nous ne sommes pas la seule région à faire face à cette problématique de diminution de participation à nos formations. C'est pourquoi il y a un effort de travailler de concert avec les régions limitrophes, note la directrice de Culture Centre-du-Québec. Tous les conseils de la culture tentent de mettre en place des solutions. Bien que d'une région à l'autre les circonstances et les besoins soient différents, c'est vraiment une préoccupation qui est présente.»

Des consultations menées en 2014-2015 ont permis à Culture Centre-du-Québec de constater quels étaient les besoins de ses membres.

Changements principauxLa programmation automnale de formation continue de Culture Centre-du-Québec est le résultat de toutes les analyses faites dans la dernière année. «Suite à la série de constats que nous avons faits, nous avons choisi d'offrir un moins grand nombre de formations que par le passé, précise Andréanne Blais. Ainsi, pour l'automne, nous n'aurons que quatre formations et ça tournera autour de ça chaque saison, pour un total d'une dizaine par année. Quant aux thématiques, nous avons été à l'écoute de nos membres et nous sommes allés avec des thèmes généraux, sans que ce soit trop technique. Par exemple, il sera beaucoup question de la commercialisation, de la mise en marché, de la promotion, etc.»

«Il y a aussi eu un effort pour embaucher des formateurs d'ici, qui comprennent le contexte d'ici et qui ont une expertise du milieu culturel d'ici. On jugeait important de tirer partie des ressources expertes de la région», poursuit-elle.

De plus, des changements ont été apportés quant à la promotion des formations, entre autres grâce à un dépliant qui sera envoyé par la poste aux membres, agents culturels et autres intervenants du milieu. Le nouveau site web aura aussi une section consacrée à la formation, ce qui permettra aux gens de s'inscrire en ligne.

Enfin, un bon nombre d’artistes et travailleurs culturels ont émis le souhait de recevoir une nouvelle formule de formation, soit le perfectionnement individuel. «Dans tous les secteurs que nous desservons (arts visuels, arts de la scène, littérature, métiers d’art, patrimoine et muséologie), l’idée d’un suivi personnalisé est ressortie. Les artistes souhaitent aussi avoir des pairs comme formateurs, des praticiens plutôt que des théoriciens», souligne Mme Blais, qui ajoute que ce nouveau volet devrait s'ajouter à la prochaine programmation, soit à l'hiver 2016.

L'équipe de Culture Centre-du-Québec travaillera aussi à élaborer une stratégie qui lui permettrait d'évaluer concrètement l’impact réel des formations sur les possibilités de revenus des artistes.

Source : Le Courrier Sud