Une œuvre cosignée Daniel Martineau et plus de 200 élèves

28 avril 2016

Les gens qui entrent à l'École secondaire Le tandem sont accueillis par une œuvre collective qui vient de s'installer après une multitude d'heures de travail du céramiste sculpteur Daniel Martineau et plus de 200 élèves d'arts visuels de l'école.

Le projet a été initié par deux élèves de secondaire V, Florence Demers et Léa Gosselin. Pour leur projet personnel de fin d'études, elles ont voulu, à la suggestion du professeur Hélène Desruisseaux, créer une œuvre collective. C'est Daniel Martineau, dans le cadre du projet «A tout art», qui a été choisi et a bénéficié d'une résidence artistique en milieu scolaire pour les appuyer dans cette démarche.

Dire avec l'argile, c'est parler avec le coeur est le titre du projet qui a donné une œuvre imposante formée de cylindres d'argile fumée, représentant des totems et d'un gros œuf central qui sert aussi de capsule temporelle.

«Il a fallu trouver comment faire les totems pour que les élèves de secondaire 1 à 5 puissent participer. Certains cylindres sont plus simplement modelés par les plus jeunes alors que les oiseaux de tête de totems sont l'œuvre des plus vieux élèves.»

C'est toute l'école qui s'est engagée dans ce projet artistique. Daniel Martineau était présent régulièrement à l'école (sur les heures du midi particulièrement). Il a travaillé devant les élèves et a exposé ses œuvres. «J'ai rencontré les 10 groupes d'art et j'ai découvert des jeunes intéressés et dynamiques», apprécie le céramiste sculpteur.

Pour ce qui est de l'œuf (qui a nécessité 30 kilos d'argile), les participants et le personnel de l'école ont été invités à s'écrire une lettre. Celles-ci seront scellées et l'œuf sera ouvert le 15 septembre 2030, soit à la date du 80e anniversaire de Daniel Martineau.

Pour lui, l'expérience aura été merveilleuse. Il a bien l'habitude d'aller dans les écoles, mais pour deux heures habituellement. «Ici, j'ai appris à connaître des ados magnifiques qui ont changé ma perception de l'école secondaire», a mentionné le céramiste. Même qu'il confie qu'il a réalisé un rêve avec cette pièce d'envergure. «Je suis allé plus loin que je n'avais jamais été.»



Pour les jeunes, le simple fait de participer à une œuvre collective permet de laisser sa trace à un endroit significatif pour eux : leur école secondaire. Ils étaient d'ailleurs bien fiers du résultat. «On a aussi découvert qu'ensemble, on peut faire quelque chose de grand et de beau», ont remarqué les deux élèves à l'origine du projet.

L'artiste et les jeunes ont donc passé de beaux moments ensemble. Un esprit d'équipe formidable s'est développé avec un résultat impressionnant qu'on pourra admirer encore longtemps.

Source : La Nouvelle Union