Un concours qui peut changer une vie

24 avril 2017

Le concours de création littéraire Plume en était à sa troisième édition cette année et selon la marraine du concours, l'auteure Maureen Martineau, il se pourrait bien que ledit concours change des vies.
Les récits et les poèmes de sept auteurs de 6 à 17 ans ont été publiés dans le recueil intitulé Le mystère plane. «C'est une première reconnaissance qui donne confiance et ce n'est pas rare de voir des auteurs dont leur intérêt pour la littérature a commencé vers ces âges-là», a laissé savoir l'auteure.
Deux des trois gagnantes rencontrées ont affirmé vouloir écrire des livres un jour. La jeune Laurence Nourry, 8 ans, a mentionné timidement qu'elle aimerait être écrivaine. La fillette a signé Où est Bouclette qui raconte l'histoire de son toutou qu'elle a oublié lors de son passage à Walt Disney.
Sa sœur, Camille, 13 ans, aimerait aussi écrire des livres, mais souhaiterait toucher à autre chose, car elle a d'autres passions dans la vie. Son poème Ma maison a été choisi parmi les 205 textes reçus par l'organisation. «C'est une reconnaissance qui ne vient pas d'un parent ou d'un professeur», a souligné Mme Martineau.
«Il y a beaucoup de reconnaissance issue du monde sportif, mais peu provenant de la littérature et elle est souvent restreinte au cadre scolaire. Avec ce concours, on va au-delà de ce cadre académique», a renchéri la coordonnatrice du concours, Véronique Pepin.
Céleste Desjardins, Pascale Bellefeuille, Lily Drouin et Eve-Marie Desrochers ont été les autres gagnantes du concours. Le livre est en vente au prix de 10 $ chez Buropro Citation ainsi qu'à la MRC d'Arthabaska.
Une grande joie
Bien qu'elles n'aient pas encore vu le livre, les trois fillettes étaient bien heureuses d'avoir remporté le concours.
Lorsque Anne-Laurence Bellerive a reçu la lettre lui annonçant qu'elle avait gagné, elle a attendu d'être seule dans l'auto de son père avant d'exulter sa joie. «J'ai lancé un long cri de joie», a dit la jeune auteure qui a signé Un toilettage mouvementé.
Quant à Camille, qui remportait ce concours pour une deuxième année consécutive, elle a mentionné être très heureuse, mais elle a parlé d'euphorie pour ce qui était de sa première publication l'an passé.
De retour pour une quatrième année
Lors de la première année, 120 textes avaient été reçus alors que l'année suivante, ce chiffre a grimpé à 136. «Le concours va revenir pour une quatrième année», a confirmé la coordonnatrice. Les textes provenaient des élèves qui se trouvaient sur le territoire scolaire de la MRC d'Arthabaska.

Source : La Nouvelle Union