Un 33e FIMAV sous le signe du risque

5 avril 2017

Mise en marché différente, installations sonores sur commande, projet musical audacieux, voilà autant d'annonces sur le prochain Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) qui ont été qualifiées de risquées.
En effet, lors de la conférence de presse annonçant le FIMAV 33 qui se tiendra les 18, 19, 20 et 21 mai, le directeur général et artistique, Michel Levasseur, a annoncé plusieurs nouveautés, une augmentation de l'offre comme il a dit lui-même. Parmi elles, la présentation d'un concert, celui d'ouverture, dans la salle des Frères-Lemaire du Carré 150. Le FIMAV  a commencé à y offrir des spectacles de sa programmation l'an dernier, mais dans le cabaret Guy-Aubert seulement.
Il y a aussi une mise en marché plus agressive avec une baisse de 15% du prix des billets pour contrer «une grosse compétition d'événements du côté de Montréal», dira M. Levasseur. «C'est risqué, mais ça se présente très bien puisque nous avons vendu 30% de plus de passeports en prévente que l'an dernier à la même date», souligne-t-il.
Le FIMAV innove aussi cette année en ajoutant un volet cinéma à sa programmation. En effet, deux séries de courts métrages expérimentaux sont prévues au cabaret Guy-Aubert et c'est à Karl Lemieux qu'a été confiée la sélection des films. Lui-même cinéaste, il présentera, en collaboration avec le Ciné-Club du Carré 150, son long-métrage «Maudite Poutine» le lundi 15 mai à 19 h 30 et le vendredi 19 mai à 11 h et 18 h 15 dans la grande salle des Frères-Lemaire. On pourra aussi le voir en spectacle le jeudi soir 18 mai. «J'ai grandi avec le festival qui a eu une influence sur mon travail», a-t-il mentionné.
Autre nouveauté : la présentation de trois concerts à l'église Saint-Christophe-d'Arthabaska. «Nous avons ajouté la découverte d'un fleuron de notre patrimoine architectural», a indiqué Michel Levasseur. Il y a quelques années, lorsque le FIMAV a proposé des soirées au sommet du mont Arthabaska, les organisateurs avaient hésité entre la montagne ou l'église de la rue Laurier. Cette année, le FIMAV y va avec des concerts acoustiques puis, pour terminer, un qui mettra en vedette l'orgue de l'endroit.
C'est aussi le retour des programmes doubles au festival. Ceux-ci avaient été mis de côté à la fin des années ‘80, mais reviennent en 2017. Deux sont ainsi à l'honneur, le premier le vendredi soir et l'autre le dimanche.
Les installations sonores
Pour une huitième année, les Installations sonores sont de retour. Le commissaire Érick D'Orion a expliqué que le FIMAV avait obtenu une subvention du CALQ pour ce volet, ce qui lui a permis de commander des œuvres spécialement pour l'événement. «C'est à risque puisqu'il s'agira d'œuvres jamais présentées qui seront installées à l'extérieur et vues par près de 10 000 visiteurs. Il y a un côté excitant, mais risqué aussi», note-t-il. Ce sont sept œuvres (six à l'extérieur et une au centre d'art Jacques-et-Michel-Auger du Carré 150) qui seront offertes par six artistes différents. Déjà, une quinzaine de réservations sont enregistrées pour des groupes.
Côté musical, notons différents projets, dont celui de René Lussier, un musicien de la région. Il offrira un concert avec un quintette le dimanche à 22 h. Présent à la conférence de presse, il a parlé de ce concert qu'il qualifie de «projet risqué». Sur scène il y aura deux batteries, un accordéon, un tuba et une guitare, des instruments dont les rôles seront permutés. Parmi les autres concerts, il faut mentionner la présence d'Anthony Braxton en solo, un fait rare aujourd'hui.
On parle aussi d'une programmation remplie de premières et de découvertes et de célébrations puisque 2017 marque le 35e anniversaire de Productions Plateforme, le 30e de Disques Victo et le 33e du FIMAV.

La programmation complète est disponible au www.fimav.qc.ca.

Source : La Nouvelle Union