Le FIMAV renoue avec les églises

10 mai 2017

Le Festival international de musique actuelle de Victoriaville (FIMAV) a une longue expérience de concert en église. Voilà qu'il renouera avec cette tradition cette année puisque trois concerts seront offerts à l'église Saint-Christophe-d'Arthabaska.
C'est la première fois que le FIMAV investit ce lieu. Son histoire avec les bâtiments religieux, jusqu'à maintenant, était concentrée à l'église Sainte-Victoire. Mais voilà que le directeur artistique et général du festival, Michel Levasseur, veut faire découvrir le bâtiment patrimonial aux festivaliers.
Ainsi, trois concerts acoustiques y seront présentés. Michel a choisi un trio à cordes (Tristan Honsinger, Nicolas Caloia et Joshua Zubot), un quatuor de saxophones (Battle Trance) et un organiste (Jean-Luc Guionnet) pour s'y produire. «Une belle série acoustique qui avait besoin d'un lieu sans artifice», a-t-il expliqué.
C'est aussi l'occasion de montrer ce joyau de la région aux spectateurs du festival. «Quand nous sommes allés sur la montagne (lors de la construction du Carré 150), le public a apprécié découvrir un nouvel endroit. Nous n'avons eu que des commentaires positifs. À ce moment, j'avais hésité entre la montagne et l'église Saint-Christophe», se souvient-il. C’est cette année donc que le FIMAV fait son entrée dans cette église à l'architecture et l'acoustique intéressantes.
Un retour
À ses débuts, Productions Plate-Forme (qui produit le FIMAV) a présenté à quelques reprises l'Orchestre symphonique de Trois-Rivières à l'église Sainte-Victoire. Le même organisme a offert un concert avec Angèle Dubeau à ses débuts. «Jusqu'en 1992, on y a présenté des concerts avant de se déplacer au Cinéma Laurier», rappelle Michel Levasseur. Il faut dire que tout un système de son et d'éclairage, en plus d'un stage mobile, étaient installés avant chaque concert ce qui devenait de plus en plus compliqué. «Nous revenons à la base avec trois concerts acoustiques dans l'église», ajoute-t-il.
Certains se souviendront aussi de 2013 alors que John Zorn y avait présenté le dernier concert d'un marathon d'une journée… En fait, le FIMAV mise sur la qualité de présentation pour cette série qui amènera, par le fait même, une autre dimension au festival. «Le public aime être déstabilisé, sortir des sentiers battus», croit le directeur. Même qu'il n'est pas exclu de continuer à développer ce volet l'an prochain si la réponse est favorable.
Pour cette série, le festival réanimera sa page Facebook de covoiturage (mise sur pied pour les spectacles sur la montagne) afin de faciliter l'accès à tous.
À quelques jours…

Plus que quelques jours avant le départ du FIMAV 33. L'effervescence est palpable dans les bureaux du festival où on est à finaliser l'organisation. Déjà, les installations sonores commencent à apparaître et les bénévoles (dont la moitié provient de l'extérieur de la région) sont prêts à faire leur part pour assurer la réussite de l'événement.

Source : La Nouvelle Union