La diversité passe l'été à l'Atoll

7 juillet 2017

C'est sous le thème de la diversité que se tient l'exposition des membres à l'Atoll au cours des prochaines semaines.

Ainsi, ce sont plus d'une vingtaine d'artistes membres de l'organisme qui ont pris d'assaut les murs du centre d'artiste. Les deux grandes salles, celle derrière et même l'ancienne résidence d'artistes, sont ouvertes pour montrer le talent de ceux qui ont voulu prendre part à cette exposition où les styles et les médiums sont très variés.
Il n'y a pas que de l'art visuel et actuel. Non, on peut aussi voir des artistes de tous horizons, de l'audiovisuel, de la sculpture, des installations…

La réponse à cet appel d'exposition est excellente et il y a même des artistes qui sont devenus membres afin d'y participer. Et c'est le hasard qui a déterminé l'endroit où chaque artiste a pu installer son travail.
Ils proviennent ou bien de la région ou bien d'ailleurs, mais ce sont eux, les artistes qui exposent, qui assureront une présence sur les lieux cinq jours par semaine au cours des deux prochains mois (mercredi au dimanche de 13 h à 17 h). Une belle façon d'échanger directement avec un artiste tous les jours. C'est sur le site Internet d'Atoll qu'on peut voir qui monte la garde chaque jour.

Parmi les exposants, des initiateurs du défunt Grave comme Laurent Luneau, mais aussi des nouveaux venus comme Jay Muir. Il y a aussi Joël Alarie, Rémi Bergeron, Line Blouin, Isabelle Clermont, le collectif Bonneau-Knight, Olivier Courtois, Isabelle Couture, Sylvain Demers, Caroline Dion, Jocelyn Fiset, Hansé Galipeau Théberge, Sonia Goulet, Hélène Guilmaine, Antoine Larocque, Francine Leduc, Christina Martin, Martin Savoie, Nancy Shaink, Annie St-Jean et Sarah Thibault.

Parmi les exposants, Olivier Courtois, le président du conseil d'administration d'Atoll qui expose pour une première fois. Il a réalisé une œuvre sonore. Un poste d'écoute en fait où deux personnes, assises face à face, peuvent entendre sa performance du 27 octobre 2016. Le texte a aussi été écrit et peut être lu en même temps.

Isabelle Clermont occupe le reste de la pièce avec Olivier. Une installation sonore et visuelle qui se veut une composition intéressante inspirée par la nature. Le visiteur sera invité à prendre place au milieu du tapis d'aspect pelouse autour duquel sont placés de petits haut-parleurs.

Source : La Nouvelle Union