C'est le moment de miser pour une bonne cause !

28 janvier 2016

La cause des Impatients, qui a pour mission de venir en aide aux personnes ayant des problèmes de santé mentale par l'entremise de l'expression artistique, rejoint de plus en plus de gens et pour cause, plus de 150 convives ont pris part au vernissage de l'exposition-encan «Parle-moi d'amour» qui avait lieu à la Galerie d'art Desjardins, mercredi soir.

«Enfin! Enfin, les gens commencent à connaître notre belle cause, s'est exclamée Clémence Desrochers, marraine des Impatients. C'est beau de voir que la population aide ceux qu'on a tellement négligés, ceux qu'on avait même peur un peu d'eux. Avec Les Impatients, ce qui est formidable, c'est qu'on n'est pas divisé. On est enfin ensemble.»

L'exposition-encan «Parle-moi d'amour» réunit cette année plus de 80 oeuvres d'artistes professionnels, des Impatients et du grand public. L'événement se distingue par son côté démocratique : toutes les œuvres sont mélangées dans le montage de la salle d'exposition. C'est ainsi dire que les visiteurs ne savent pas à quel auteur appartient l'œuvre.

Clémence DesRochers, Denis Nadeau, Sylvain Nadeau, Rock Blanchette, Julie Lambert, Claude Houle, Kevin Chapdelaine, Ljubomir Ivankovic, Jean-Louis Courteau, Muriel Faille et Kay

Aubanel figurent parmi les artistes professionnels.

«Je tiens à remercier les artistes professionnels qui se font à maintes reprises demander de donner leurs tableaux alors que c'est votre job. Votre collaboration est donc d'autant plus appréciée», a exposé le maire de Drummondville Alexandre Cusson, président d'honneur de l'exposition.

«C'est une très belle exposition et il y a de la qualité extraordinaire à Drummondville», a exprimé Mme Desrochers.

Les profits de la vente des œuvres permettront à l’organisme Les Impatients de poursuivre ses activités, soit les ateliers de création. Concrètement, les sous générés par la troisième édition assureront la pérennité des ateliers donnés à la Galerie d'art Desjardins, lesquels sont soutenus par le CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec.

«C'est extraordinaire que des gens de chez nous puissent compter sur une équipe comme celle des Impatients pour pouvoir s'exprimer par l'art. C'est très important de soutenir la cause et je suis persuadé qu'on est capable de battre des records», a souligné M. Cusson, en indiquant que l'objectif n'avait pas encore été fixé. L'an dernier, la deuxième édition avait permis de récolter 13 000 $.

Jusqu'au 25 février, les Drummondvillois sont donc conviés à la Galerie d'art Desjardins pour admirer et miser sur les œuvres qui seront vendues par encan silencieux. Toutes les mises de départ se font à 50 $.

«C'est une journée sacrée»

Depuis presque deux ans, Carolle Lemaire se rend une fois par semaine à la Galerie d'art Desjardins pour y suivre son atelier d'art, un moment qui fait grandement du bien à son âme.

«Chaque fois que je viens ici, mon humeur est meilleure. C'est une journée sacrée. À mon avis, ces ateliers nous permettent de ne pas devenir de petits sauvages en brisant l'isolement. Mon estime de soi grandit aussi», a témoigné celle qui souffre depuis 18 ans de dépression.

C'est à la suite de la suggestion de sa psychiatre que Mme Lemaire s'est inscrite aux Impatients.

«Elle m'avait dit que je ne pouvais pas faire autrement que d'aimer ça et que je ne pourrais pas plus avoir mal», a-t-elle indiqué, en laissant savoir qu'elle ne regrette pas son choix.

Pour l'exposition, Mme Lemaire a créé un petit tableau fait à base de différentes tapisseries et d'acrylique qui illustre une harpiste.

«Je suis partie du concept d'un Mandala pour en arriver à ce résultat. J'y ai peinturé également une étoile brillante. J'y tenais, parce que ma maladie m'apporte beaucoup de noir, donc la lumière, c'est très important», a-t-elle confié à L'Express.

Source : L'Express